Dans la presse

Ouest-France du 25 mai 2018

Une visite instructive au centre de secours

Une visite instructive associée à un rendez-vous trimestriel lors duquel les participantes prennent plaisir à se retrouver.

 

Le centre de secours de la commune a accueilli, mercredi après-midi, les participantes aux accueils de jours de l'Ephad de Rochefort-en-Terre et de l'hôpital local de Malestroit. « Nous avons un partenariat qui nous permet de nous retrouver tous les trois mois », explique Amélie, accompagnante de la maison de retraite de La Mare. Lors de ce rendez-vous, « on travaille beaucoup sur des ateliers mémoire », précise Anita, accompagnatrice.

Du côté des participantes, la satisfaction et le sourire sont de rigueur: « Ça fait une sortie », souligne l'une d'entre elles. « Cela crée du contact, on fait des rencontres et l'on se retrouve », poursuit une autre. « C'est aussi une journée qui permet aux aidants familiaux de souffler », appuie Annie Claude, de l'hôpital de Malestroit

 

 

Ouest-France du 7 mars 2018

Une formation consacrée aux aidants familiaux

Annie Audard,
 à gauche,
 a animé les six modules de la formationpour les aidants familiaux.

 

La maison de retraite a proposé, pendant six jours, une formation destinée aux aidants familiaux, proches de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, apparentées ou dépendantes.

« C'est l'occasion d'aborder les relations particulières qui se créent avec le proche dans son rôle d'aidant », explique Annie Audard, de l'Arep 35 Issat de Questembert, qui a assuré cette formation. « L'Ehpad de Rochefort est très attentif aux familles en souffrance ou en difficulté dans l'accompagnement d'un ou plusieurs de leurs proches. » Il propose des accueils de jour ou des hébergements temporaires qui permettent aux aidants « de s'accorder du temps à soi sans culpabiliser ».

Les différents modules de la formation permettent de répondre à des questions simples, mais essentielles : comme la relation avec le proche ou les professionnels, la vie quotidienne...

Lors du bilan, les participants ont particulièrement apprécié « l'aide à la compréhension de la personne dépendante », « la bienveillance et l'écoute dans un lieu convivial », et le fait de « pouvoir s'exprimer librement ».

Cette formation, très positive pour l'ensemble des participants, aura des suites, puisque « nous souhaitons qu'elle soit reconduite ».

 

 

Ouest-France du 27 janvier 2018

D’importants travaux à la maison de retraite

Le site historique de Grand-Jardin va faire l’objet d’importants travaux,
 qui s’étaleront sur quatre ans.

C’est un projet de 11 millions d’euros, répartis sur plusieurs années, qui va être entrepris sur le site historique de la maison de retraite.

La maison de retraite est constituée de deux sites. Le site historique de Grand-Jardin, situé près de la collégiale, « un bâtiment donné en 1732 pour en faire un hospice, précise David Jeuland, le directeur, et qui a toujours eu une affectation médico-sociale sans interruption depuis cette date ». Et les bâtiments neufs du site de La Marre, qui regroupe toutes les infrastructures. Au total, elle accueille 161 résidents, « 71 à Grand-Jardin et 84 à La Marre, avec 120 salariés. » Deux importants projets de travaux ont été décidés, le plus important concernant le premier site.

De nombreuses contraintes

C’est un gros budget qui est affecté à la rénovation du site historique. « Il est nécessaire de l’adapter à l’accueil de personnes âgées et de le mettre aux normes de sécurité. » Situé dans le périmètre inscrit de la collégiale, le projet fait l’objet de nombreuses contraintes architecturales.

Réponse le 2 février

En 2017, soixante dossiers ont été déposés ; trois cabinets d'architecture ont été retenus. « La désignation du cabinet retenu par le jury aura lieu le 2 février. » Le permis de construire devrait être déposé cet été, pour un début des travaux en mai 2019. A savoir : la démolition de plusieurs bâtiments et la rénovation dans les règles de l’art des bâtiments jouxtant la collégiale, avec « l’obligation de maintenir 70 résidents dans les locaux. »

11 millions d’euros

Sont également en projet : la création de parkings intérieurs pour les visiteurs et le personnel, et la reprise des espaces verts « pour favoriser leur utilisation par des personnes à mobilité réduite. » Le financement (11 millions d’euros) sera constitué de subventions de l’Agence régionale de santé et du Département. « Pour compléter, nous envisageons un emprunt avec un amortissement sur 30 ans », poursuit le directeur.

Reprise des espaces verts à La Mare

Autre projet important, qui débutera au printemps : la reprise de l’ensemble des espaces verts entourant les bâtiments neufs de La Mare. L’ensemble va être reconçu « pour favoriser la promenade, avec des circuits bouclés et des espaces arborés. » Des bancs et des kiosques, « utilisables par les familles », jouxteront chaque côté des bâtiments. Un beau projet de 100 000 €, dont la première phase sera terminée avant l’été.

 

Ouest-France du 17 janvier 2018

Un bal Breton pour les anciens

C'est avec un bal Breton, animé par les musiciens de Jean-Paul et ses amis, que les résidents de la maison de retraite ont assisté à la cérémonie des voeux présentés par leur directeur, David Jeulaud, samedi après-midi. Un temps festif auquel de nombreux résidents et le personnel ont pris part. |

 

 

Ouest-France du 19 décembre 2017

100 ans et toujours le plaisir de chanter

Eugénie Danilo a fêté, lundi matin, entourée de sa famille et d'amis, son centième anniversaire. Un moment plein d'émotions pour une centenaire énergique.

Les gens d'ici

« Je ne m'attendais pas à tout ça. J'ai déjà l'âge, cela suffisait », avance Eugénie, en essuyant pudiquement une larme.

Car il y avait beaucoup d'émotion, lundi matin, à la maison de retraite La Mare, pour l'anniversaire d'Eugénie Danilo, qui fêtait, avec quelques heures d'avance, son centième anniversaire.

C'est officiellement à 23 h, lundi 18 décembre, qu'est née Eugénie au village de Coût Daly, en 1917. Troisième enfant d'Émile Joseph Marie Bego et Marie Louise Françoise Jagut, deux grandes familles de la commune, elle aura neuf frères et soeurs.

« Une famille très soudée »

« Une famille très soudée », avance l'un de ses fils. 1917 fut une bonne année « pour la commune qui vit naître 33 enfants, 19 garçons et 14 filles », précise René Danilet, maire, présent pour cet événement.

Quelques années plus tard, en 1947, Eugénie épouse Gabriel Danilo avec lequel elle aura trois garçons qui lui donneront 7 petits enfants et 11 arrières petits enfants, un douzième est en préparation. Il y a un an elle vivait encore chez elle, pleine d'énergie et de joie de vivre, mais ses chutes trop fréquentes conduisent sa famille à la mettre en maison de retraite.

Durant toute sa vie, elle secondera son mari dans son activité d'artisan maçon. Habitant dans le centre bourg et passionnée de chants, elle sera membre d'un groupe folklorique local, et n'hésitera pas lors de cette petite cérémonie à entonner Mon père avait un coq et d'autres chants de chez nous, accompagnée de l'assistance présente.

« Elle chante tout le temps », avance un membre du personnel qui apprécie « son énergie et sa joie de vivre, c'est un bonheur pour le service. » Quand on questionne Eugénie sur ses souvenirs, « cela reste comme je l'ai connu avec du nouveau en plus », avance la centenaire avant de délivrer, dans un sourire, une leçon de sagesse : « Chacun à son pain. »

 

© 2017 EHPAD Rochefort en Terre Crédits & mentions légales | Une réalisation Ouest-Concept / CSPMR.fr